Skip to main content

Full text of "Législatives 1958 (Eure-et-Loir, 2e circonscription) : professions de foi du 2nd tour"

See other formats


Sciences Po / fonds CEVIPOF 



eu 



ELECTIONS LEGISLATIVES DU 30 NOVEMBRE 1958 
2“ circonscription d’Eure-et-Loir Scrutin de ballottage 



Edmond THORAILLER 




Croix du Combattant 

Officier du Mérite Social, Chevalier du Mérite Agricole 
Notaire à Dreux, Licencié en Droit 
Diplômé de l’Ecole des Sciences Politiques 
Ancien Combattant, Prisonnier de Guerre 
Conseiller Municipal (de Dreux, Ancien Adjoint 
Président des Jardins Ouvriers de Dreux 
V ice-Président de la Chambre d’industrie Touristique 
Vice-Président de la Société Anonyme d’H.L.M. de Dreux 

Candidat Républicain d'Aclion Sociale et Paysanne 

présenté par 



L'Union pour la Nouvelle République 



JU| I C^UCC M C Minotier, Maire de Landelles 

Remplaçant éventuel : fwl QlC0l VÊ C Conseiller Général de Courville 



Chères Electrices, chers Electeurs, 

Au lendemain de ce scrutin où 11.142 suffrages se sont portés sur mon nom, me plaçant nettement en 
tête des candidats de la circonscription de Dreux, je vous remercie très sincèrement de cette marque de grande 
confiance, donnée par tant d^entre vous, citadins ou paysans. 

Je remercie mon excellent ami Marcel Léchés ne, dont le soutien efficace et l'appui éclairé m'ont telle- 
ment aidé ; je remercie Jean Cauchon, dont la campagne courageuse a été récompensée par un si grand nombre 
de voix, de son retrait loyal et de la sympathie manifestée à mon égard dans ses remerciements. 

Vous m'aiderez donc tous à donner à ce premier résultat la suite normale qu'il appelle et en m'assu- 
rant dimanche prochain la victoire, vous manifesterez votre désir normal de faire respecter votre oui au réfé- 
rendum et d'aider le Général de Gaulle dans son action pour le redressement du Pays. 

VIVE LA CIRCONSCRIPTION DE DREUX - COURVILLE - MAINTENON ! 

VIVE LA REPUBLIQUE ! 

VIVE LA FRANCE ! Vu : LE CANDIDAT. 



CHARTRES. — Imprimerie de VECHO — Novembre 1958 



Sciences Po / fonds CEVIPOF 



'ELECTIONS LEGISLATI VES pour le siège de député de la V Çîrconscrîptîon du département dTute-et-Loîr 

SCRUTIN DE BALLOTTAGE DU 30 NOVEMBRE 1958 



ELECTRICES, ELECTEURS. 

Hier, il fallait se définir : d’où profession de foi. 

Aujourd’hui : appel à tous les Républicains et aussi aux abstentionnistes. 

Un homme tout seul, chargé des destins d’une grande Nation, c’est impensable. Louis XIV lui-même ne s y 
est pas risqué. 

L’Assemblée qui est chargée de l’aider, éventuellement de redresser son action, c’est dimanche à la Nation 
de la désigner. 

Des hommes aux tendances incertaines s’offrent à cet effet. Pour se recommander à l’attention des électeurs, 
ils ne proposent qu’un acte de foi dans la personne du Chef. 

Nous nous associons, certes, à l’admiration et à la reconnaissance à qui a 
France dans des Jours de malheur. Nous ne ferons pas comme la droite qui, en 1919, laissait dédaigneus 

tomber Clémenceau. 

Nous n’admettons aucune démission de la France, ni dans l’ordre économique, ni dans l’ordre politique, ni 
dans l’ordre culturel. 

Nous refusons de biffer d’un trait méprisant l’œuvre admirable de la Troisième République. Nous voulons 
autres. 

Non seulement les Musulmans, comme le dit De Gaulle, mais tous les Français h part entière. 

Le soutien de la Chambre bleu horizon 1919 a été effacé complètement cinq ans après. Cette fois, les jeux 
de l’Histoire, vous le sentez, seront faits dans quatre ans. 

Républicains, sans distinction de nuances, nous en appelons à votre raison et à votre cœui. 

VIVE LA FRANCE ! 

VIVE LA REPUBLIQUE ! 








Conseiller Municipal de DREUX 
Docteur en Droit — Préfet Honoraire 
Ancien Haut-Commissaire 
(Membre non Parlementaire du Gouvernement) 
Chevalier de la Légion d’Honneur 
Médaille d’ Argent de la Reconnaissance Française 
Médaille d’Or de VEducation Physique et des Sports 

Candidat de l'Union des Républicains 



vu : Le Candidat. 



UEMPI.AC.ANT EVENTUFX : 

%rtliiir CHAINE 

Notaire 

Chevalier de la Légion d^Honneur 
Conseiller Municipal de NOGENT-LE-ROI 
Conseiller Général du Canton de Nogent-le-Roi 



CUAHTRES, IMPH. 1HDU8TK. ET COMMEHC. 



Sciences Po / fonds CEVIPOF 



DEFA HTEMENT D’EUUE-ET-LOl H 



Elections Législatives 

Scrutin de Baüottage du 30 Novembre 1958 

Parti Socialiste S. F. I. O. 

CIRCONSCRIPTION DE DREUX 



Citoyennes, Citoyens, 

Lundi dernier M. PASTEL me demandait d'être candidat unique pour le 
deuxième tour puis revenait sur sa décision dans la journée de Mardi. 

Cette situation et des circonstances extrêmement fâcheuses dont la 
responsabilité ne saurait nous incomber ont amené la Eédératlon Socialiste a 
maintenir ma candidature. 

Merci de tout cœur aux 6.000 Electrices et Electeurs qui m'ont apporté 
leurs voix au premier tour de scrutin. 

Avec eux vous voterez en masse au deuxième tour 
pour le candidat dont le programme Social et Humain 
doit permettre à TUnion de se manifester sur son nom. 

VIVIER Emile 

Ancien Député 

IViaire de Châteauneuf-en-Thymerais 
Vice'Président du Conseil Général d'Eure'et-Loir 



Vu, le Candidat. 



ANET - IMP. A. FAVROT 




^3 






r Y v * 

l- ry, ■ 



A 



'-: -v-Fr ■ . 






.■^ Ml' r~ ' ^ If 



. *♦ ^ -— < - * ’^ ' l \ '■ J 

J- .',, ■ •-î:Æ, .• / 



i 



i-î 






], , i * X/ •:.■'* 






: ■ ■ . Slf1-‘ 

. .. T’;- 

’ • '‘.- -«r^ * .<• -<'JAï>- : r.^. .r - j 




;■• À ■ ^3^\" Z" ' 



<■'' 'V 



-, s* 



, Y ..^ ._î.-. ■•'•^ » ... t 



^ .V -*^v -1 ':- ■' - vl 

^ , . 1 ^ , . ^ ■ ! 1 , r 



W?M^.:.: '.'■ . r.'i : -^:; e--; 

'^.:^ -r#*-- ' - .' ''^^ >?’■'■■■• ■--• ' .: - . -V- :■' ■• .; 

sæ»^ ?^¥*.’:^i£î-- ; j:>‘, ■■'■'■ . «•■> , lifr ' iV: ". - ^ T ' '■'- j ' ■■" • -^ , ' ■*; i ir-îS^'j 








''*■'" ' •“' •- ■‘•‘^ • î ■ \'*i* '^ * *' •»*.’•' . ■'iKifO' * ' *'■ • • *" ’' % ■' * 

.if h' ' f -, •■'‘■c>î^‘> ■-.. . . ■• .■ . ',:14: •:< t-t;:' , ../<!’ .'A 

•* V-»?: , ■^;. •. V • , .-* . y>^' ■ ', ■ ■- . " ■*■ • ‘ -■ •'i' '* '■-■•_. '■’ -rT • 



f- '^■^ 

J*. 




1 .:,: > ■ ■ -■ ' ■ -'.^l - ’^- ' \J ■■ ;n^v*'"rV ..- 

t '■,... ■ *'• ■ ■■ •• ' , ■ ^ ■■ -■ -,4;- ■/.•■; ‘ ^ 

. -d 'r ^ 

I ’ ' *' • • • Tt-' _■' « j.:, 1 .. ’l-: . \ . ‘.i. 









■ '^^, ^V'"' V? l ,/ •' ^ •' ■■ »s-' -' - -‘■‘-^;-'^'-»l^'^^ 









Sciences Po / fonds CEVIPOF 



t 



Elections législatives du 30 Novembre 1958 




Charles HUBERT 

Conseiller municipal à Dreux 
Nommé adjoint-délégué à la voirie 
Ancien combattant 1914-1918 
Ancien déporté à Mauthausen 



2® circonscription (Dreux) 

Parti Communiste t rançais 

Pourquoi 

nous maintenons 

notre candidature 

Electrices, Electeurs, 

Merci tout d’abord aux 5.539 d’entre vous qui nous ont accordé 
leur confiance lors du premier tour de scrutin. Il est hors de doute 
que ces 5.539 electrices et électeurs constituent une force répuhlicainë 
solide. Ce sont les travailleuses et les travailleurs des usines et des 
campagnes, ce sont les enseignants et les laïques, ce sont les démo- 
crates conscients du grave danger que l’accession au pouvoir des pires 
forces réactionnaires fait peser sur notre pays, sur nos libertés et sur 
notre avenir. 



Une poussée réactionnaire et fasciste 



Le premier tour de scrutin confirme la grave poussée 
réactionnaire et fasciste. Cette poussée inquiétante présage 
des jours difficiles pour notre pays et plus particulièrement 
pour les travailleurs et pour nos libertés démocratiques. 

Aujourd’hui plus que jamais apparaît l’énorme respon- 
sabilité des dirigeants socialistes et radicaux tant sur le plan 
national que départemental : 

/ ’ £n refusant de gouverner à gauche, avec la majorité 
de gauche, après le 2 janvier 1956, ils ont été amenés à 
pratiquer la politique de la droite et ils ont déconsidéré 



l’ensemble des forces de gauche. 

2 ^ En refusant de faire la paix en Algérie, ils ont favo- 
risé le développement de ces forces fascistes qui, aujour- 
d’hui, redressent la tête. 

3° En capitulant honteusement devant le coup de force 
militaire d’Alger, les dirigeants socialistes et MM. DESOU- 
CHES et CUPFER et autres, mêlant leurs bulletins à ceux 
de la réaction, ont remis tout l’appareil d’Etat entre les 
mains de ces forces réactionnaires qui s’en servent mainte- 
nant. 



Nous avons raison 



L’avenir confirmera ce qiîè nous avons expliqué pen- 
dant cette campagne électorale. 

— En 1938, nous avons dit : « Munich, c’est la guerre », 
alors que les autres, tous les autres, proclamaient : « Mu- 
nich, c’est la paix ». C’est nous qui avions raison. 

— En 1947, nous avons dit : « Le plan Marshall, c’est 



la mainmise américaine sur notre pays », et nous avions 
raison. 

Aujourd’hui, c’est parce que nous avons raison que les 
forces les plus conscientes nous font confiance. C’est pour- 
quoi aussi nous répondons à l’appel de ces forces démocra- 
tiques en maintenant notre candidat. 



Sciences Po / fonds CEVIPOF 



Nous maintenons notre candidat : Charles HUBERT 



La cause essentielle de Tavance réactionnaire et fasciste 
a, été et demeure l’anticommunisme des dirigeants socialis- 
tes et radicaux. Cet anticommunisme a fait de la S.F.I.O. 
Totage et l’exécutant de la droite ultra-colonialiste, fasci- 
sante, qui entre aujourd’hui au Parlement avec Soustelle 
à sa tête. Si, dans quelques semaines, Soustelle était pre- 
mier rrinistre, c’est essentiellement à Guy Mollet qu’il le 
devrait. C’est la capitulation du 6 février 1956 devant les 
ultras, c’est Lacoste, c’est l’aventure de Suez qui ont préparé 
tout cela. 

M. VIVIER, en restant le candidat de Guy Mollet, se 
déclare, dans sa première circulaire, entièrement solidaire 
de la politique de ce dernier. 

Il approuve même l’attitude de Guy Mollet en mai der- 
nier. 

Dans ces conditions, nous désister pour M. VSvier au- 
rait été trahir notre combat pour la paix en Algérie, notre 
combat de mai et de septembre pour la défense de la Répu- 
blique. 



En fait, M. Vivier adopte une attitude équivoque en 
déclarant oralement que lui personnellement était pour le 
non et en écrivant d’autre part qu’il approuve et soutient 
Guy Mollet. 

Nous aimons les situations claires, précises ; nous ne 
voulons pas que les électeurs soient trompés. 

En définitive, rien ne différencie la politique de Guy 
Mollet, dont se réclame M. Vivier, de celle de M. Soustelle,, 
dont se réclame M. Thorailler. MM. Mollet et Soustelle sont 
ministres du même gouvernement. 

Quant à M. RASTEL, il est candidat soutenu par M. 
André Morice, lequel est l’allié de Soustelle : C’est tout dire. 
Il ne pouvait donc être question d’un désistement en la fa- 
veur d’un candidat se réclamant en fait de la réaction. 

A l’heure où nous mettons sous presse cette circulaire, 
nous ne savons pas ce qu’il résultera des « marchandages 
électoraux » entre M. Vivier et M. Rastel. 



Non à la réaction et au fascisme ! 



Le deuxième tour de scrutin, dans notre circonscription, 
prend donc une grande signification politique. 

Charles HUBERT reste le SEUL CANDIDAT de l’OP- 
POSITION REPUBLICAINE. 

C’est sur son nom et sur son nom seulement que peu- 
vent se compter et se regrouper les voix de tous ceux : 

— qui veulent dresser barrage contre la réaction et qui 



n’abandonnent pas le com,<bat pour la République ; 

— qui, pour cela, veulent l’union de toutes les forces 

de gauche ; 

— qui veulent la paix en Algérie par la négociation ; 

— qui veulent défendre véritablement les revendica- 

tions des travailleurs ; 

— qui veulent affirmer leur attachement à la laïcité. 



LE BLOCAGE DU MAXIMUM DE VOIX SUR LE NOM DE CHARLES HUBERT DOIT EXPRIMER LA FER- 
ME VOLONTÉ DES REPUBLICAINS, DES TRAVAILLEURS DE FAIRE FRONT CONTRE L ASSAUT REACTION- 
NAIRE ET FASCISTE. 

RÉPUBLICAINS ! 

TRAVAILLEURS ! 

SOCIALISTES et RADICAUX fidèles à votre idéal démocratique ! 

DITES : NON A LA REACTION! 

NON AU FASCISME ! 

NON A LEURS COMPLICES! 

Votez Charles HUBESUT 

Conseiller municipal — Délégné-adj oint à Dreux 
Remplaçant éventuel : Jea.Il MONDOU 

Instituteur 



lmp, de « La Liberté du Perche » hoobht-le-rotitou - ll-6«